mardi 31 mai 2016

L'arnaque des radars routiers

Beaucoup de reportage à la télé dénoncent les caméras de surveillance... euh oppression, ah "protection" dans les rues des villes. Mais aucun n'ose remettre en cause les radars automatiques. Pourtant les arguments et interrogations sont exactement les mêmes.

A quoi servent les limitations de vitesse ?

Une limitation de vitesse a toujours été une recommandation de vitesse.

Les premiers véhicules autotractées n'avait tout simplement pas de cinémomètre. Puis quand ils en ont été équipé, l'unité utilisée, aujourd'hui encore, est le kilomètre par heure. Le but du compteur de vitesse est de permettre aux passagers de savoir dans combien de temps environ ils vont arriver.

La marge d'erreur du cinémomètre est énorme : les constructeurs n'ont que l'obligation d'afficher une vitesse supérieure à votre vitesse réelle, peu importe l'erreur !

Le modèle de compteur analogique vous présente une aiguille à un centimètre du cadran gradué tous les 10 km/h.

Votre passager ne voit pas la même vitesse que le conducteur, mais aussi la lecture sera différente selon la taille du conducteur, et pour certains modèles, votre œil droit et gauche peuvent lire quelques km/h de différence.

Le compteur de vitesse est une vaste blague en tant qu'instrument de mesure, mais le législateur demandait auparavant que les conducteurs reste à moins de +10% de la vitesse autorisée, et depuis les radars automatiques à +5% !
Les limitations de vitesse étaient donc plutôt indicatrice du niveau de danger que vous alliez rencontrer, et étaient grandement sous-taillées. Pour preuve, à l'installation des radars automatiques, bon nombre de routes ont vu leur vitesse relevée pour refléter le niveau de danger de la route à 5% près au lieu de la marge de 20% classiquement utilisée par la direction de l'équipement.

La contradiction entre rentabilité et efficacité

Fin 2013 :
  • Nb de radars routiers "automatiques" : 4200
  • Nb de flash : 20 millions
  • Nb de PV : 12,5 millions (classe 3 entre 45 et 450€. classe 4 entre 90 et 750€)
  • Revenu : au minimum le milliard d'euros !!
J'en ai la tête qui tourne. Quel est le but théorique des radars déjà ? Sauvez des vies ? J'ai cru que c'était sauver le PIB de la France, suis-je bête.

Lors de la présentation des premières lois autorisant les radars automatiques, les législateurs ont mis en avant la sécurité routière et... la rentabilité du système. Nicolas Sarkozy était fier de dire qu'il ne coûterait rien aux honnêtes gens... à condition que les honnêtes gens ne soient pas piégés, et ne deviennent par le fait malhonnêtes.

Or le système des radars automatiques n'est rentable que s'il est inefficace. C'est à dire :

  • si les chauffards ne ralentissent pas
  • si les honnêtes gens se font flasher sur des fautes d’inattention
  • si les gens se font piéger parce que les limitations de vitesse sont inférieur à la dangerosité de la route... à toute heure de la journée, tout au long de l'année
Mais rappelons qu'il est maintenant admis qu'on puisse réduire la vitesse pour des raisons écologiques... Combien même une baisse de 10 km/h aurait pour effet de baisser d'au mieux 2% au lieu des 15% vantés par les écologistes-intégristes. (L'association 40 million d'automobiliste affirme même qu'une baisse de la vitesse de 80 à 70 km/h augmenterait la pollution de 6%.)

L'automobiliste ne sait donc plus pourquoi il doit ralentir : danger, pollution, bruit... ou radar piégeant ?

Les radars ont cet effet pervers, que les automobilistes doivent faire beaucoup plus attention à leur compteur qu'aux dangers et aux autres véhicules autour d'eux. Un accident peut être causé par une seconde d'inattention , or cette seconde que vous perdez à faire le focus sur votre cinémomètre, est maintenant encouragé par l'état !

Les radars ne sont pas des équipements de prévention des accidents, car ils n'interviennent que lorsqu'il est trop tard : quand le chauffard a dépassé la vitesse "dangereuse". De plus, les pouvoirs publics font tout pour que les radars soient cachés ou piégeux. Ils éloignent les panneaux qui les annoncent dans l’espoir que l'automobiliste soit distrait et oublie cet annonce. Ils retirent les panneaux qui les annoncent. Ils ont interdit leur signalement sur les aident à la navigation : le but ne semble pas de faire ralentir les chauffards mais de piéger un maximum de personnes. Ils baissent les seuils de tolérance. Tout va dans le même sens : rentabiliser le jackpot à PV.

Les "meilleurs" radars flashent plus de 300 fois par jour. Or avec un tel score, ils prouvent que rouler au dessus de la limite est sans danger dans sa zone d'implantation. Plus un radar est rentable, plus il prouve que la limitation de vitesse doit être augmenté là où il est installé.

Pas besoin d'étude : c'est évident que ça marche !

Des statisticiens de l'INSEE se sont penchés pour calculer l'effet des radars sur le nombre d'accidents. Sans surprise pour moi, leur efficacité est très contestable.

Le gouvernement répète sans cesse que réduire la vitesse de 1,6 km/h réduit de 5% le nombre d'accidents... ou en extrapolant en réduisant de 3 km/h le nombre d'accidents baisse de 10%.

Cette affirmation se réfère à une étude qui souffre de nombreux défauts :

  • l'étude prend pour base des routes choisies car elles étaient extrêmement accidentogènes : généraliser cette étude à toutes les routes d'un pays est absurde
  • les accidents restent des exceptions. Un automobiliste parcourt en moyenne plusieurs millions de kilomètres pour avoir un accident. Le fait est qu'il est très hasardeux de comparer le nombre d'accidents avant et après un changement sur une courte période sur une seule portion de route

L'étude ne fait que démontrer que réduire la vitesse à l'approche d'une zone dangereuse, réduit le nombre d'accidents. Généraliser ce constat à l'ensemble du réseau routier est une malhonnêteté intellectuelle.

Baisser la vitesse à un point du parcours d'un automobiliste, permet d'augmenter son attention envers un danger dans cette zone. Or l'homme n'a qu'un temps limité d'attention. Les zones de ralentissement doivent donc être exceptionnelles et justifiées pour être efficaces.

Si le but des radars automatiques était de réduire le nombre d'accident, il faudrait que ces radars soit toujours très visibles et annoncés plusieurs fois avant leur emplacement.

L'absence d'étude d'impact et de prise en compte des retours d'expérience est la marque de fabrique des sociétés privées de la sécurité. Que ce soit les caméras de vidéo-surveillance... oppression... protection ou les radars routiers, le problème est le même : il n'y a aucune recherche d'efficacité... uniquement de rentabilité et de maquillage. En clair, c'est de la farce sécuritaire !

La vitesse peut sauver des vies

Plusieurs retours d'expérience tendent à démontrer que sur les trajets longue distance, l'augmentation de la vitesse peut sauver des vies.

La première cause d'accident sur les autoroutes françaises est la fatigue. En augmentant la vitesse, le conducteur est plus attentif et son temps de parcours est réduit.

Les arguments de pilier de bistrot du gouvernement

Sur le site de la sécurité routière, je ne peux qu’être affligé des arguments de soûlard avancés par ce site officiel.

Selon securite-routiere.gouv.fr : les radars seraient efficaces

Ce serait étonnant qu'ils disent le contraire mais l'argument utilisé est d'une malhonnêteté tellement évidente qu'on ne peut être outré.

Le site nous avance le chiffre de 30 000 vies sauvées... ou 40 000 vies dans la phrase suivante, sur 12 ans. Comment ont-ils fait leur calcul ? Avec une mauvaise foi extrême bien-sûr.

Ils ont pris le nombre de mort en 2002 et ils ont supposés que tous les morts en moins les années suivantes étaient uniquement dû aux radars... combien même le tout premier radar automatique français n'est été installé qu'en 2004 !

Mais si vous regardez la courbe du nombre de morts dans sa globalité, vous vous apercevez qu'attribuer la baisse du nombre de morts à un unique facteur est malhonnête. Le progrès technologique de la sécurité des voitures elles-même est un facteur plus probable de cette baisse constante.

Nombre de morts sur les routes de France de 1948 à 2014

Mais poussons notre propre mauvaise foi au même niveau que ces soûlards de fonctionnaires de la sécurité routière.

  • nb de morts en 2002 : 7242
  • nb de morts en 2008 : 4443
  • nb de morts en 2014 : 3384

Vous allez me dire "les radars on sauvait 1059 personnes en 2014" Selon la même logique :

Je fais une extrapolation linéaire : "Si on n'avez pas installé de radar entre 2008 et 2014, nous serions à 1644 morts en 2014. Les radars ont donc tué 1740 personnes en 2014"

Je fais une extrapolation proportionnelle : "Si on n'avez pas installé de radar entre 2008 et 2014, nous serions à 2726 morts en 2014. Les radars ont donc tué 658 personnes en 2014"

Selon securite-routiere.gouv.fr : la vitesse serait un facteur d'accident ?

Les fonctionnaires de police n'ont pas le droit de dire que la vitesse est la cause de l'accident ! En réalité, tout accident est un véhicule qui est entré en contact trop rapidement avec un obstacle. Dans 100% des cas la vitesse excessive est ce qui caractérise l'accident ! Dans certaine série policière le médecin légiste vous dira : "La cause de la mort ne peut pas être l'arrêt du cœur. La cause de la mort est ce qui a causé l'arrêt du cœur !".

La cause d'un accident n'est pas la vitesse excessive. La causse de l'accident est la raison pour laquelle cette vitesse est excessive.

En accidentologie, vous avez 3 types d'acteurs :

  • Les conducteurs et piétons
  • Les véhicules
  • L'infrastructure routière (animaux sauvages compris)

La cause de l'accident est souvent une combinaison exceptionnelle de défectuosité parmi ces trois types d'acteurs. Ensuite le site de la sécurité affirme "la violence d’un choc à 130km/h est deux fois plus importante que pour un choc à 110km/h, alors que la vitesse n’a augmenté que de 20km/h.". Mais d'où vient cette affirmation ridicule ?

Tout le monde se souvient de la théorie de l'énergie cinétique (théorie qui a de nombreuse limites, et qui n'est pas toujours applicable, mais passons cela) : E c = 1 2 m V 2

Donc l'énergie augmente proportionnellement au le carré de la vitesse. Ainsi en passant de 50 km/h à 70 km/h, l'énergie passe de 25 fois quelque chose à 49 fois cette même chose. Donc pour 20 km/h en plus nous avons bien presque le double de l'énergie (+96% pour être exact).

Mais peut-on en dire autan entre 110 km/h et 130 km/h, qui passe de 100 fois quelque chose à 169 fois cette même chose. Au lieu d'avoir +96% nous avons +69%, pour 20 km/h de plus...

Bravo, les fonctionnaires de la sécurité routière n'ont même pas leur brevet des collèges !

Selon securite-routiere.gouv.fr : comment sont déterminés les sites d'implantation des radars ?

Les trois premiers critères sont "là où se produisent des accidents", "là où la vitesse excessive est la cause principale des accidents", "là où les contrôles sont difficiles à réaliser avec les moyens humains".

La dernière raison pour choisir un emplacement est "selon une logique d'axes et d'itinéraires pour mailler l'ensemble du territoire routier français". Ce qui signifie qu'ils vont placer un radar à un endroit qui n'est pas réellement dangereux, dans le seul but de vous faire passer devant... Mais comme les radars doivent être rentables, il sera placé dans l'unique but de vous piéger.

Nous sommes donc dans une logique d'obéir sans réfléchir.

Un bon radar est un radar qui flambe

Comme le système des radars routiers n'a jamais sauver une vie, il suffit d'un seul mort à cause des radars pour invalider tout le système. Certains bloggueurs ont tenté de faire le calcul cynique du prix d'une vie.

Avoir zéro accident est très dur. Plus nous serons proche de zéro, plus les derniers morts coûteront cher à éviter.

La France est l'un des pays les plus sûrs du Monde. Les autoroutes françaises sont les plus sûres d'Europe ! (et les plus chères) Même avant les radars automatiques.

Le périphérique parisien est la route la plus sûre au Monde, au regard du nombre de véhicules qui l'empreinte. Donc vouloir faire croire que la mairie de Paris fait baisser la vitesse sur le périphérique pour améliorer la sécurité du périphérique, est bien entendu un mensonge.

Comme dit le poète, "Vivre c'est prendre le risque de mourir". De même, "Circuler en voiture, c'est prendre le risque d'avoir un accident".

Le seul moyen de n'avoir aucun accident serait de ne jamais circuler.

Comment réellement sauver des vies ?

Mais rassurez-vous, de nombreux nouveaux équipements technologiques arrivent sur nos voiture : le détecteur de freinage de la voiture devant vous, le détecteur d'obstacle, jusqu'à la voiture qui se conduit toute seule. Remarquez qu'il y aura tout intérêt à louer les voitures autonomes au lieu de la posséder.

Les solutions sont là, mais très peu passe par l'application draconienne et absurde des limitations de vitesse que nous subissons actuellement.

Conclusion

Les radars routiers sont plus rentables qu'efficaces. Mais le gouvernement essaie de convaincre que les radars servent à sauver des vies sans aucune preuve.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire